L’Union Pour la République (UPR) a organisé jeudi soir au Palais des Congrès à Nouakchott une soirée « iftar » en commémoration de la conquête de La Mecque, le 10 du mois de Ramadan en présence de personnalités politiques de la majorité et de l’opposition, de parlementaires, d’hommes d’affaires et de leaders d’opinion de différentes partis et courants politiques.

A la tête de l’assistance figuraient le Premier ministre M. Mohamed Ould Bilal, le président de l’Assemblée nationale, les membres du gouvernement, les présidents des partis politiques, des hautes personnalités de l’État et des acteurs de la société civile.

L’ 'occasion pour le président de l’UPR, M. Sidi Mohamed Ould Taleb Amar de prononcer un important discours dont voici la teneur:

 

بسم الله الرحمن الرحيم

وصلى الله على نبيه الكريم

Mes chers frères et sœurs,

Qu’Allah agrée votre jeûne et vos prières en ce mois béni de Ramadan.

Je voudrais d’abord vous remercier pour avoir répondu favorablement à notre invitation pour partager avec nous cet heureux évènement, qui survient au moment où le pays franchit d’importantes étapes vers l’avenir, guidé en cela par la ferme volonté de Son Excellence le président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, et l’exécution efficiente de son programme « Taahoudati » qui s’avère être, une année après sa mise en œuvre, l’émanation des besoins réels des Mauritaniens, en conformité avec  leurs valeurs morales, et de leur pratique de l’islam authentique ainsi que de leurs exigences et leur désir d’une vie décente.

Chers invités,

La tenue du Deuxième Congrès ordinaire du Parti a constitué un tournant politique majeur, parce qu’elle aura permis de traiter, de manière efficace et définitive, certains problèmes et questions inscrits à son agenda, dont notamment la volonté manifeste d’un large courant aspirant à une révision profonde des orientations du Parti et à une rupture définitive avec l’ancien pouvoir, pour surpasser certaines dysfonctionnalités structurelles. Celles-ci ont souvent servi au colportage de la rumeur, semant discordes et conflits internes, confrontations avec les autres forces politiques nationales, dont le moindre mal est de détourner le Parti du rôle politique qu’il est censé devoir jouer. Le triomphe des défenseurs de cette vision avant-gardiste a permis de transcender les thèses de ceux qui réclamaient la sujétion du Parti à une « tutelle », la personnalisation et l’orientation partisane de ses choix politiques.

Nous sommes donc repartis avec un projet ancien dans sa forme mais nouveau dans sa vision, son orientation et sa référence s’inspirant dans sa philosophie politique de la vision de Son Excellence le Président de la République, Mohamed Ould Sheikh Ghazouani, inscrite en filigranes dans son programme « Taahoudati » («Mes engagements»), et embrassant, dans sa profondeur populaire, la volonté d’accueillir à bras ouverts tous les soutiens de ce projet de société.

Ce sont de telles prédispositions qui ont permis au Parti d’être le réceptacle de  tous les partisans de ce programme annonçant une aube nouvelle, présageant l’accomplissement des exigences et aspirations du peuple mauritanien, dont l’émergence d’un État fort, chose que nous avons incarnée, à l’Union pour la République, à travers notre acceptation sans réserve de tous ceux qui appuient ce Projet et sont disposés à le servir dans une structure quelconque du Parti.

En adéquation avec cette nouvelle vision et climat politique apaisé instaurés par Son Excellence le Président de la République, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, nous avons lancé l’initiative de la Coordination des partis représentés au Parlement, comme volonté d’interagir positivement et sans heurts avec les autres forces politiques dans le pays, ce qui a aidé les pouvoirs publics à se donner pleinement aux questions de développement de nature à servir les citoyens mauritaniens, sans être préoccupés par les chamailles d’alors.

Le Parti Union pour la République a pu, lors de son deuxième congrès ordinaire, clarifier, de façon définitive, sa vision nouvelle conformément aux vœux et désirs de larges pans de ses cadres et militants, dénotant ainsi de leur cohésion derrière Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, et l’acceptation de sa philosophie de gouvernance basée sur la proximité avec les citoyens en général et plus encore avec les couches les plus fragiles de la population.

C’est en cela que le programme « Taahoudati » a drainé de larges franges de la population et de ceux qui s’intéressent à la chose publique et que, en accompagnement de cette dynamique, nous avons œuvré au raffermissement des structures du Parti appelé, désormais, à jouer pleinement son rôle en étant armé d’une vision modérée qui prend en compte nos spécificités et notre identité culturelle et sociale.

Nous exprimons par de tels aménagements le lien étroit et organique entre l’action continue de notre parti et le programme électoral de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, que nous considérons, à juste titre, comme le catalyseur et le facteur d’attraction, depuis son élection, des forces politiques les plus importantes du pays. Une réalité qui s’est traduite sur le terrain par la parfaite symbiose entre le Parti et le Gouvernement, ce qui a contribué grandement à créer un terrain propice pour la mise en œuvre, de manière rapide et efficace,  de ce programme pionnier en son genre.

Le lancement du programme « Taahoudati » a constitué pour nous le début d’une nouvelle ère de réformes, d’espoir, de développement, de construction et de réconciliation avec soi-même. Par conséquent, nous avons accompagné toutes les étapes de sa mise en œuvre, par le suivi permanent des conditions de vie des citoyens à travers tout le pays, l’identification des principaux problèmes qu’ils rencontrent afin d’en informer qui de droit.

Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de travailler avec les pouvoirs publics pour améliorer les conditions de vie des populations, à tous les niveaux, ce qui traduit notre souci d’être le porte-voix de la base en rapportant ses préoccupations quotidiennes en matière de santé, d’éducation, d’eau et d’électricité, de prix à la consommation, d’emploi, de niveau des salaires, d’assurance maladie et de sécurité, surtout au plus fort de l’épidémie du Covid-19 que Son Excellence le Président de la République a transformé en un moment d’espoir et en opportunités de développement inespérées, à travers le programme de décollage économique (« Mes Priorités » Elargi) annoncé par lui, comme on se le rappelle, en la journée mémorable du 25 mars 2020.

Notre confiance absolue en les perspectives prometteuses du programme « Taahoudati » (Mes engagements) et l’espoir que nous avons en lui de créer et d’élargir une classe moyenne, au fur et à mesure que l’on avance dans sa mise en œuvre, nous donnent la certitude que ce programme contribuera, de manière significative, à réduire la proportion des pauvres, à éliminer l’injustice et l’exclusion dans notre pays - toutes exigences indispensables à l’instauration d’un Etat de droit - corriger les déséquilibres structurels fruits d’un lourd héritage, et en interagissant positivement avec tous les partenaires nationaux, en vue de créer une ambiance de sérénité et de confiance mutuelle entre l’Autorité, la classe politique et la société civile du pays.

C’est fort justement un tel climat qui nous a préparé le terrain pour approfondir les concertations avec des forces nationales, par la mise en place d’une coordination des partis représentés au Parlement, comme cadre primordial favorisant le travail avec les pouvoirs publics dans la mise en œuvre des mesures de précaution contre la propagation de la pandémie du Covid-19.

Cette coordination a ainsi mené un travail de sensibilisation et de mobilisation remarquable autour des idéaux d’entente et de concertation entre les partis qui la composent menant, progressivement, vers l’établissement d’un Pacte républicain fondé sur la justice, l’égalité et la démocratie, et travaillant à la création d’un front interne posant les conditions appropriées pour entamer les réformes nécessaires, y compris le soutien à ce que la Commission d’enquête parlementaire (CEP) a réalisé comme investigation pour que soit restituer au peuple les richesses spoliées au cours des années passées.

Chers invités

Nous avons accompagné les mesures prises par l’État, coïncidant avec la progression de l’épidémie, mesures annoncées par Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, dans une adresse à la Nation décrivant avec minutie les caractéristiques de l’action menée, à tous les niveaux, partant de la stricte application des mesures barrières à la mise en œuvre d’une somme de décisions visant à limiter les effets pervers de la pandémie par la mise en place d’un programme de décollage économique clairement défini. Un programme de relance dont l’objectif est d’injecter des centaines de milliards d’ouguiyas pour remettre le pays sur la bonne voie, quand la pandémie se sera dissipée.

Ainsi, le Fonds de solidarité sociale et la lutte contre la pandémie a décaissé près de 70 milliards d’ouguiyas anciennes, ce qui a contribué à maintenir les effets du Covid-19 dans les limites du tolérable, comparativement à la situation des pays à potentiel économique proche du nôtre.

Malgré la situation épidémique, la prudence qu’elle impose et la dérégulation des activités à tous les niveaux, la plupart des organes du Parti ont maintenu leur activité au quotidien, respectant toutefois les mesures de précaution édictées par les autorités sanitaires du pays.

Ainsi, nous avons organisé des ateliers et séminaires qui ont traité des grands problèmes nationaux, en mettant en avant la recherche de solutions pour les résoudre. On peut citer, à titre d’exemples :

-           Le renforcement de l’unité nationale,

-           Les moyens à envisager pour l’éradication des séquelles de l’esclavage,

-           Les avantages offerts par la position de la Mauritanie dans la sous-région, etc.

Sujets qui ont été abordés par des experts nationaux et des personnalités indépendantes ayant abouti à la publication de recommandations importantes qui ont été versées dans les archives et documents de référence du Parti.

Nous avons également organisé plusieurs séminaires et journées de réflexion au cours desquels nous avons traité de grandes questions nationales, notamment la valorisation des réalisations du gouvernement, l’étendue des succès remportés par notre pays sur la voie de la construction d’un État fort et réconciliant avec son peuple, tourné résolument vers la recherche de solutions de ses préoccupations, en s’appuyant sur la vision perspicace de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani.

Nous avons accompagné les visites effectuées par le Président de la République dans certains wilayas, afin de constater de visu les conditions de vie des populations, et de procéder au lancement d’importants projets de développement de nature à contribuer à l’amélioration du niveau de vie des citoyens, de façon particulière, et au rehaussement des infrastructures de développement économique du pays, de manière générale.

Ainsi, nous avons œuvré, lors de ces visites, à la mobilisation des populations sur l’importance de ces visites, et les bénéfices qu’elles engendrent en termes de réalisations profitant directement aux citoyens des zones visitées. Nous avons également battu le rappel de nos bases pour réserver à chaque fois le plus grand accueil possible à Son Excellence le Président de la République par des populations qui ont toujours démontré leur attachement à lui et au programme sur la base duquel il a été élu.

Après que nos missions de sensibilisation, dont l’envoi a été envisagé juste après la tenue du deuxième congrès ordinaire de notre parti, aient été retardées, en raison de la pandémie, nous avons pu mettre en exécution ce programme, il y a quelques semaines en ses phases 1 et 2 (deux groupes de wilayas), et nous comptons le parachever par la phase 3 (wilayas de Nouakchott) dès la fin du mois béni du Ramadan, inchaAllah.

Ces missions ont été en contact avec les militants, pour s’informer de leurs conditions de vie et leurs préoccupations, en vue de les rapporter aux autorités du pays, et les informer en retour des résultats du deuxième congrès ordinaire du Parti et de la manière dont il a établi sa nouvelle approche basée sur le choix de Son Excellence le Président de la République, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani comme référence première et unique du parti. Orientation qui a permis au Parti d’être le réceptacle de tous ceux qui soutiennent le programme du Président, qu’ils aient été regroupements, initiatives ou personnes ressources.

Dans le cadre des relations extérieures du Parti, nous avons pris part à plusieurs entretiens et ateliers par visioconférences avec plusieurs parties amies à travers le monde, avec lesquelles nous avons échangé sur les expériences de leurs pays dans la lutte contre la pandémie. Des échanges qui ont porté également sur d’importantes questions régionales et mondiales dans lesquelles la vision du Parti était claire et perspicace, conformément aux orientations de Son Excellence le Président de la République Mohamed Ould Cheikh Ghazouani.

Nous avons également tenu plusieurs réunions avec des ambassadeurs et des diplomates résidant dans notre pays ; rencontres au cours desquelles nous avons traité de diverses questions communes, et avons présenté le stade atteint par notre pays sous la direction de Son Excellence le Président de la Réublique, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, en termes de clarté dans les approches des questions de développement, et d’efficacité dans leur mise en œuvre impactant positivement les conditions de vie des citoyens.

Nos médias nationaux, publics et privés, ont joué un rôle important dans le suivi des réalisations nationales, pendant plus d’un an d’engagement sans failles, donnant ainsi la preuve qu’ils méritent nos égards et notre soutien, pour la crédibilité démontrée. Je saisis cette heureuse occasion pour demander à tous les acteurs nationaux d’apporter leur soutien à la presse pour l’aider à surmonter tous les obstacles structurels, institutionnels et matériels qui l’empêchent de jouer pleinement son rôle, et d’être un acteur agissant dans le développement du pays.

Chers invités

Dans pareille situation, nous aspirons légitimement à un lendemain meilleur pour notre peuple et notre pays, un avenir dont les contours ont été dessinés et posés par Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh Ghazouani mais dont nous sommes conscients des difficultés et défis à cause du lourd héritage légué et ses répercussions sur le plan structurel et moral.

Nous sommes aussi conscients qu’il est de notre devoir de corriger ces dysfonctionnements, tout en se rappelant que ce qui a été accompli durant les mandats de l’ancien président est très limité, proportionnellement aux ressources du pays et aux circonstances favorables, comme l’absence de catastrophes naturelles, du genre de la crise sanitaire actuelle. Nous sommes conscients également que le consensus national né autour de Son Excellence le Président de la République, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, à tous les niveaux, ne peut que perdurer, en raison de sa vision perspicace pour la construction d’un État fort, sa proximité avec le peuple, le projet de société épousant les aspirations et des préoccupations des citoyens, et pour son travail tendant à asseoir une véritable séparation des pouvoirs.

Pour ce, il est de notre devoir de protéger et de défendre ce grand projet de société, en se  dressant face à tous détracteurs, surtout celui qui peine encore à prouver son innocence devant le peuple face aux accusations de dilapidation de ses biens.

 Le Parti Union pour la République continuera à défendre ces grandes options, à tous les niveaux et en tous lieux. C’est l’occasion ici de demander au gouvernement à redoubler d’efforts pour donner plus de gages que l’option de la bonne gouvernance est un choix irréversible, car il n’y a pas de développement avec la gabegie.

Partant de notre grande confiance en notre système judiciaire, nous exigeons la récupération des richesses pillées du peuple, étant convaincus que ce qui a été saisi ne constitue qu’une infime partie des biens dissipés. Mais cela suffit comme preuve de l’ampleur du gaspillage et des détournements des richesses nationales à des fins personnelles pour que le peuple ne renonce jamais à son désir de rentrer en possession de ses biens pillés.

 

والسلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

a

 

c

 

d

 

e

 

g

 

h

 

i

 

j

 

l

 

k

 

o

 

n

 

wx

 

ee

 

xxx

 

xc

 

bv

 

xc

 

vc

 

vv

 

m

 

gg

 

 

ee

 

dd

 

cc

 

bb

 

aa

 

b